mercredi 12 juin 2024

Françoise Hardy, la "Yeh Yeh" Girl from Paris

 

Décédée le 11 juin 2024, à 80 ans, Françoise Hardy a découvert la musique américaine au début des années 1960, en écoutant Elvis Presley, Cliff Richard, les Everly Brothers et surtout Brenda Lee, dont elle trouvait sublime  sa chanson "I'm Sorry". "Quand ma mère a acheté une radio, je suis tombée sur une station qui était Radio Luxembourg anglais et cela a été déterminant dans mon existence, car c'est là où j'ai découvert une musique qui me touchait au-delà de tout. D'un seul coup, il n'y a eu que cela qui a compté pour moi." Après le succès rencontré par son tube "Tous les garçons et les filles" en 1963, Françoise Hardy est sollicitée pour participer, en chantant, à des films musicaux en interprétant des standards américains, tel "Catch A Falling Star" (vidéo ci-dessous).


Devenue populaire jusqu'au Etats-Unis, le magazine de mode Vogue publie un reportage de quatorze pages sur celle que la presse américaine surnomme la "Yeh Yeh" Girl from Paris. L'article est illustré par des clichés du photographe américain William Klein. La chanteuse est si célèbre aux States que le chanteur folk Bob Dylan fait figurer son poème "For Françoise Hardy at the Seine's edge a giant shadow of Notre-Dame" au dos de la pochette de son album "Another Side of Bob Dylan" (1964). Le 13 avril 1965, la jeune chanteuse française fait sa première apparition dans l'émission "Hullabaloo" de la chaîne américaine NBC, aux côtés de ses idoles de jeunesse The Everly Brothers. Elle y chante trois standards américains, dont "The Girl From Ipanema" rendu célèbre par Frank Sinatra.

En 1965, Françoise Hardy fait une apparition, non créditée au générique, dans le rôle d'une secrétaire de mairie dans la scène finale du film américain "What's New Pussycat ?", aux côtés de Peter O'Toole, Romy Schneider, Woody Allen et Peter Sellers. En 1966, le réalisateur John Frankenheimer engage la chanteuse française, sur le tournage de son film "Grand Prix", une surproduction sur les courses automobiles. Durant cinq mois, Françoise Hardy arpente les circuits de Formule 1 de l'époque : Monaco, Monza, Spa-Francorchamps, Zandwoort. La Metro-Goldwyn-Mayer invite la chanteuse à la première projection publique du film à New York, aux côtés d'Yves Montand, l’un des premiers rôles. À cette occasion, le producteur du film, la Warner, diffuse les disques de Françoise Hardy sur le marché américain. L'occasion pour la chanteuse frenchy de participer à des shows sur les télévisions américaines.

En 1969, Françoise Hardy publie l’album "One-Nine-Seven-Zero", destiné au marché anglophone, qui regroupe ses titres enregistrés en anglais. Il ne sera édité en France qu'en 2020. Il comprend une reprise de la chanson "Suzanne" de Leonard Cohen. En 1972, la chanteuse sort l'album "If You Listen", également en anglais, qui inclut des reprises de succès américains de Neil Young, Buffy Sainte-Marie et Randy Newman.  En 1973, Françoise Hardy fait une apparition dans le film "Save the Tiger" du réalisateur américain John Guilbert Avildsen. 


Dans les années 2000, la chanteuse est le sujet de publications ou de chansons aux Etats-Unis. En 2005, le dessinateur américain, Ivan Brunetti réalise une bande dessinée en anglais sur Françoise Hardy, publiée dans la revue Schizo (photo ci-dessus). En 2007, le groupe américain Shawn Lee’s Ping Pong Orchestra dédie un titre à la chanteuse française, sur son album "Voices and Choices" (vidéo ci-dessous). Enfin, en 2014, Françoise Hardy interprète "True Love Ways", un standard de Buddy Holly, dans l'album collectif "It's a Teenager Dream"

Herve CIRET 


jeudi 6 juin 2024

6 juin 1942 : une américaine testait le premier parachute en nylon


 
 
Si des milliers de parachutistes ont sauté sur la Normandie, lors du Débarquement, le 6 juin 1944,  c'est en partie grâce à l'exploit réalisé, deux ans plus tôt, le 6 juin 1942, par l'Américaine Adeline Gray. Un exploit qui fera de la jeune femme l'égérie de la marque de cigarettes Camel. Possédant déjà 32 sauts à son actif, à l'âge de 24 ans, elle est, à cette époque, la seule américaine à détenir son brevet de parachutiste, obtenu dans l'Etat du Connecticut. Travaillant pour le fabricant de parachutes, Pioneer Parachute Company of Manchester, Adeline Gray suit les tests réalisés avec des ombrelles de nylon, auxquelles sont suspendus des mannequins en bois. En effet, jusqu'ici les parachutes étaient exclusivement fabriqués en soie. Le nylon - inventé quatre ans plus tôt par la firme Dupont de Nemours - présente toutes les caractéristiques de la soie, tout en coûtant nettement moins cher. Il sert alors principalement pour la fabrication des bas et des brosses à dents.  C'est donc la toute première fois qu'on l'utilise pour confectionner des parachutes
 

Le 6 juin 1942, en pleine Seconde guerre mondiale, sous le regard de militaires, Adeline Gray effectue le grand saut avec un parachute en nylon."Durant un instant, rien ne se passe et puis... ça marche ! Il s’épanouit en une énorme ombrelle blanche bienvenue et vous savez alors que vous êtes sauvée", témoigne Adeline Gray, après son saut, à l'issue duquel elle s'est posée tout en douceur. Très rapidement, la jeune femme devient une  héroïne, à laquelle la presse consacre de nombreux articles enthousiastes. C'est ce qui décide la marque de cigarettes Camel à en faire son ambassadrice. En 1943, paraît dans les journaux américains une publicité à la gloire de la jeune parachutiste. "Pas étonnant que la première chose qu’Adeline Gray ait faite, après avoir touché le sol, ait été d’allumer une Camel", scande la publicité de la marque de cigarettes. En référence au fameux "point G" féminin, Camel va même jusqu'à inventer, à cette occasion, le "point T", pour Tobacco (tabac), Throat (gorge) et Taste (goût). Comme si sa cigarette avait le pouvoir de "parachuter" les fumeuses au septième ciel !

 

dimanche 26 mai 2024

Memorial Day : l'Amérique rend hommage à ses soldats morts au combat



Célébré le dernier lundi du mois de mai - en 2024, le 27 mai - le Memorial Day, jour férié aux États-Unis, rend hommage aux membres des forces armées américaines, morts au combat. Il trouve ses origines dans la guerre de Sécession, durant laquelle les tombes des soldats, du Nord comme du Sud, étaient fleuries. 

C'est un représentant de l’État de l'Illinois, le major-général John Alexander Logan, qui, le 5 mai 1868, proclama ce jour comme férié aux USA. Mais, ce n'est que 14 ans plus tard, en 1882, que ce jour fut appelé le « Memorial Day » et qu'il fut décidé qu'il célébrerait tous les morts au combat et non plus, seulement, ceux de la Guerre de Sécession
 
Au niveau fédéral, il faut attendre 1971 pour que ce jour férié soit institué le dernier lundi du mois de mai, afin d'ainsi offrir aux citoyens américains un week-end de trois jours. C'est pourquoi le Memorial Day marque le début officieux de la période commerciale estivale. C'est ce qui explique le souhait des vétérans américains de revenir à la date initiale du 5 mai, afin de ne pas en faire uniquement une journée d'intérêt exclusivement commercial.

Lors du Memorial Day, des défilés sont organisés dans tout le pays et le président des États-Unis se rend au cimetière national d'Arlington, dans la banlieue de Washington (District of Columbia). Cependant, comme en France, les Etats-Unis honorent leurs anciens combattants, lors du Veterans Day, le 11 novembre, date anniversaire de la signature de l'armistice qui mit fin à la Première Guerre mondiale. 

Comme le déclarait en 1868, le général John Alexander Logan, à l'origine de cette journée d'hommage : « Gardons leurs tombes avec une vigilance sacrée, ne les négligeons pas, ne les laissons pas ravagées par le temps, afin de témoigner que nous n 'avons pas oublié le prix à payer d'une république libre et indivisible. »

Herve CIRET

lundi 20 mai 2024

D-Day 1944 : les témoignages des vétérans heure par heure

 


Le 6 juin 2024, nous célébrerons le 80e anniversaire du débarquement des troupes alliées en Normandie. Dans son recueil de témoignages de 18 vétérans de ce D-Day, la journaliste Annick Cojean nous fait revivre, heure par heure, au coeur de l'action, ce qu'a été pour eux ce "jour le plus long". C'est à l'occasion de la 50e commémoration de cet évènement que ce grand reporter au journal "Le Monde" a recueilli ces précieux souvenirs, ces témoins étant décédés depuis. Une démarche qui résonne avec l'histoire familiale d'Annick Cojean, puisque ses grands-parents, sa mère, sa tante, ses oncles vivaient à Caen (Calvados), au moment du débarquement. Leur maison a été détruite dans le bombardement de la ville normande, les obligeant à partir sur le chemin de l'exode.

En 1994, Annick Cojean propose de publier dans "Le Monde" les 18 témoignages recueillis auprès des vétérans, qu'ils soient américains, canadiens, anglais et allemands. C'est ainsi que prennent vie les mots de l’aumônier du Commando Kieffer, d'un résistant du maquis normand et du plus jeune correspondant de guerre du D-Day, Charles Lynch, "qui m’a bouleversée en racontant comment il avait sauté dans la mer, sous la mitraille", explique Annick Cojean, "en tenant au-dessus de sa tête, sa machine à écrire et sa cage de pigeons voyageurs."


En mettant des mots sur le récit de ces hommes du D-Day - la plupart n’avaient qu’une vingtaine d’années - ayant vécu en terre normande les heures les plus tragiques de leur vie, le grand reporter du "Monde" reconstitue, heure par heure, ce "jour le plus long". Ces témoignages, aujourd'hui réunis dans un livre, ont d'autant plus de valeur que tous ces vétérans ont aujourd'hui tous disparu.

Herve CIRET

"Nous y étions. 18 vétérans racontent heure par heure le D-Day" d'Annick Cojean (Grasset, 2024)

vendredi 17 mai 2024

Festival Etonnants Voyageurs 2024 : mon programme américain

 

Le festival international du livre et du film "Étonnants Voyageurs" de Saint-Malo (18-20 mai 2024) propose des débats et des films consacrés aux Etats-Unis. L'évènement est aussi l'occasion de découvrir dix nouveaux auteurs d'Outre-Atlantique, ainsi que des écrivains français évoquant l'Amérique.

Le voyage américain que je vous propose débute le samedi 18 mai à 15h15, par le débat "Amérique,un rêve de liberté" à l'hôtel de l'Univers (Grande Salle), en présence de Marie CHARREL , Marine SANCLEMENTE et Catherine FAYE. Il se poursuit à 16h45 à l'Auditorium au Palais du Grand Large, avec le débat "Inspirations Amérique" auquel participent Colum MCCANN, Brandon HOBSON, Jocelyn Nicole JOHNSON. À quelques mois des élections présidentielles américaines, les écrivains s'interrogent sur les  aspirations de leurs concitoyens qui divergent profondément. Un débat suivi du film King Coal d'Elaine Sheldon (bande-annonce ci-dessous) sur l’histoire de l’industrie charbonnière dans les Appalaches, où tout le quotidien de ses habitants tournait autour de cette production. 

La deuxième étape de ce voyage américain se poursuit le dimanche 19 mai, à 10h00, à la Grande Passerelle, à la médiathèque de Saint-Malo, en compagnie de l'illustrateur américain Miles HYMAN.
 Originaire du Vermont mais vivant en France, ce dessinateur de bande dessinée présente une exposition inspirée pr l’univers du roman. Ainsi, l'écrivain Guillaume Musso lui a-t-il confié l’adaptation de son roman, "La vie secrète des écrivains". Lors d'un débat, Miles HYMAN 
évoquera ses itinéraires graphiques. A 10h30, à l'Hôtel du Nouveau Monde, l'auteur américain de science-fiction, Blake CROUCH, auteur de la trilogie "Wayward Pines" (vidéo ci-dessous) adapté en série TV, nous dira où il puise son inspiration et évoquera "Upgrade", son dernier thriller d'anticipation, mettant en scène un homme numériquement augmenté.

 

Toujours le dimanche 19 mai, à 15h15, salle Maupertuis, au Palais du Grand Large, les auteurs américains Jim Fergus et David VANN évoqueront les histoires oubliées d'aventuriers, de la Louisiane à la Floride. Dans le prolongement de sa trilogie "Mille Femmes blanches", l’Américain Jim FERGUS brosse le portrait d'une femme hors du commun dans "Le Monde véritable". Dans son dernier roman, "La contrée obscure", David VANN relate l'épopée du conquistador espagnol Hernando de Soto, au 16e siècle en Floride. Devenu gouverneur de ce nouvel Etat hispanique, ce dernier va devoir affronter la résistance des indiens Cherokee. Le dimanche 19 mai toujours, à 16h45, à la Grande Passerelle, sera projeté le documentaire "Tornades" d'Annabelle AMOROS sur les tornades au centre des Etats-Unis. S'il est étudié avec attention par ses habitants, afin de s’en protéger, ce phénomène météorologique est également pour eux l'occasion d'en faire un spectacle rentable.

Toujours dimanche 19 mai, cette fois-ci au Théâtre Chateaubriand, à 18h00, le débat "Échos des voix autochtones" donnera la parole  au romancier Cherokee Brandon HOBSON. Avec "Dans l’écho lointain de nos voix", son premier roman traduit en français, ce journaliste et enseignant explore les drames de la vie quotidienne, sur fond de traditions amérindiennes, tout en essayant de conjurer le mauvais sort. Enfin, à 21h30, le dimanche 19 mai, à la Grande Passerelle, soirée musique et cinéma, avec le documentaire, "La Baronne du jazz" (vidéo ci-dessus) de Hannah ROTHSCHILD, précédé d'un débat, en présence du pianiste et écrivain américano-français Laurent DE WILDE. Ce dernier nous entraîne dans le sillage des plus grands jazzmen américains des années 1950-1960, à partir des photos de la baronne britannique Pannonica, née Rothschild, amatrice de jazz bebop dont elle fut un important mécène.

Herve CIRET

Festival "Etonnants Voyageurs" (18-20 mai) à Saint-Malo (Ille-et-Vilaine) 

jeudi 16 mai 2024

Sur les traces de Thelma et Louise, 33 ans plus tard

 


Deux journalistes françaises ont sillonné en voiture les États-Unis, en suivant à la lettre l’itinéraire emprunté par les héroïnes du film "Thelma et Louise" de Ridley Scott, sorti en 1991. On y suivait l'escapade, le temps d'un week-end, de deux jeunes femmes : une épouse sous l'emprise de son mari (interprétée par Geena Davis) et une serveuse qui ne se laissant pas marcher sur les pieds (Susan Sarandon). Au fur à mesure de leurs rencontres, parfois violentes, leur périple de l'Arkansas à l'Arizona va se transformer en cavale, à travers les États-Unis (voir bande-annonce ci-dessous). À sa sortie aux États-Unis, le film avait suscité une polémique, car ses deux héroïnes répondant à la violence masculine par les armes.


Trois décennies plus tard, Catherine Faye et Marine ­Sanclemente ont donc repris la route empruntée par le duo de femmes de ce film devenu culte. Soit 10 000 kilomètres parcourus en voiture, à travers l’Arkansas, l’Oklahoma, le Nouveau-Mexique, l’Utah et l’Arizona. L'occasion pour les deux journalistes d’interroger les Américains qu'elles rencontrent sur la place des femmes, aujourd'hui aux Etats-Unis. Vous pourrez rencontrer les deux auteures de ce périple devenu un livre, le samedi 18 mai à 15h15, lors du débat "Amérique, un rêve de liberté", dans le cadre du festival "Etonnants Voyageurs" de Saint-Malo (18-20 mai 2024).

"A la vie à la mort - Sur la route avec Thelma et Louise" de Catherine Faye et Marine Sanclemente (éditions Paulsen)

Herve CIRET

mercredi 15 mai 2024

Un album hommage au rocker texan Calvin Russell

 


Ce n'est pas un hasard si Manu Lanvin sort un album dédié au chanteur texan disparu en 2011. En effet, en 2009, le bluesman français a coécrit, produit et réalisé "Dawg Eat Dawg", le dernier enregistrement studio de Calvin Russell. Pour cet album-hommage, Manu Lanvin s'est entouré de pointures du rock français, comme Charlélie Couture et Axel Bauer. Mais, aussi, le guitariste blues-rock américain Popa Chubby, le franco-britannique Hugh Coltman ou la belgo-américaine Beverly Jo Scott. L'idée en est venue, après qu'une salle de concert normande, "La Traverse" près de Rouen (Seine-Maritime), a demandé, en 2022, à Manu Lanvin d'organiser un concert-hommage au chanteur texan disparu. Concert qui s'est joué à guichets fermés, tellement il a eu du succès.

Fils adoptif de l'acteur et chanteur Gérard Lanvin, Manu Lanvin a déjà vingt ans de carrière derrière lui et 7 albums à son actif. Il est depuis longtemps salué par l'un des plus grands bluesmen français, Paul Personne, qui le rejoint régulièrement sur scène. Tout comme par Johnny Hallyday, dont il a assuré les premières parties. Si Manu Lanvin "endosse parfaitement le costume du bluesman désabusé qui chante les coups bas de la vie", comme il l'écrit sur son site web, il affirme demeurer un rocker optimiste. Son album-hommage à Calvin Russell sera disponible le 7 juin 2024.

Herve CIRET

mardi 14 mai 2024

Festival de Cannes 2024 : six films américains à l'affiche

 

La 77e édition du festival de Cannes - qui se déroule du 14 au 25 mai 2024 - est l'occasion de découvrir six nouveaux films américains, en présence d'acteurs et d'actrices d'Outre-Atlantique. Cate Blanchett, Nicolas Cage, Richard Gere, Kevin Kostner, Diane Kruger, Emma Stone, Meryl Streep - Palme d'or d'honneur du festival - et Uma Thurman fouleront le tapis rouge cannois. Les festivaliers sont, notamment, impatients de voir "Megalopolis", le dernier film de Francis Ford Coppola, déjà détenteur de deux Palmes d’or en 1974 et 1979. 

C'est un long-métrage de science-fiction (bande-annonce ci-dessus), au budget colossal de 120 millions de dollars, sur la reconstruction d’une ville gigantesque, après un cataclysme. Cette reconstruction crée un conflit entre un artiste ayant le pouvoir d’arrêter le temps et le maire conservateur de la cité baptisée New Rome. Ce dernier veut maintenir le fonctionnement précédent de sa ville, avec ses privilèges et ses milices privées. Le tout sur fond d'une romance entre la fille du maire et l'artiste.

Parmi les films de la sélection "Un Certain Regard", "Les Damnés", un western de Roberto Minervi. Durant l'hiver 1862, en pleine guerre de Sécession, la ruée vers l'or draine prospecteurs et aventuriers en tous genres, dans les contrées jusqu'ici paisibles et sauvages du Montana. Pour assurer et maintenir l'ordre, un régiment de volontaires y est envoyé par l’armée des Etats-Unis. Entre ordres et contre-ordres de leur commandement, l'occasion pour ces soldats de se questionner sur le sens de leur engagement dans cette mission.

Hors sélection officielle, le festival de Cannes est également l'occasion,  de projeter pour la première fois en salle en France, le dernier film de Kevin Costner, "Horizon : An American Saga" (bande-annonce ci-dessus). Un western en deux parties qui sera diffusé aux Etats-Unis, en juin et en août 2024. L'action se déroule avant et après la guerre de Sécession (1861-1865) et aborde le destin de plusieurs familles désirant coloniser des terres occupées par des tribus indiennes.

Dans "Oh, Canada" de Paul Schrader, on découvre l'acteur américain Richard Gere en célèbre documentariste canadien, accordant une ultime interview à l’une de ses anciennes élèves, jouée par Urma Thurman (photo ci-dessus). L'occasion pour lui de faire le point sur sa vie, sous les yeux de sa dernière épouse.
 

Dans la sélection de la compétition officielle, à noter "Anora" de Sean Baker. La romance, à priori idyllique, entre une jeune strip-teaseuse de Las Vegas - interprétée par l'actrice Mikey Madison, photo ci-dessus - et le fils d’un oligarque russe. Mais, quand le mariage entre les deux tourtereaux est évoqué, les parents du jeune homme débarquent à New York avec la ferme intention de faire annuler leur union. 
 
Le président Lula et le réalisateur Oliver Stone

Enfin, dans le cadre de ses séances spéciales, le festival  de Cannes présente le documentaire "Lula" d'Oliver Stone (Platoon, JFK, The Doors) et Rob Wilson. Un portrait qui aborde, sans détour, les déboires judiciaires et le retour au pouvoir du président brésilien, Luiz Inácio "Lula" da Silva, après dix-neuf mois passés en prison.

Herve CIRET

lundi 13 mai 2024

L' Arizona à portée d'avion de la France durant l'été 2024

 

A partir du 23 mai 2024 et durant tout l'été, Air France ouvre une 17e destination vers les États-Unis : Paris-Phoenix (Arizona), au départ de l'aéroport Roissy-Charles De Gaulle. La compagnie assurera trois vols directs par semaine d'une durée de 11 heures, à bord d'un Boeing 787 de 279 places. Cette nouvelle liaison va permettre aux visiteurs français d'accéder très rapidement aux merveilles des canyons, comme ceux d'Antelope Canyon et de Grand Canyon, et bien sûr à la mythique et fordienne Monument Valley, au désert de Sonora, ainsi qu'à la vallée de Sedona.

Antelope Canyon (Arizona)

Les départs à l'aller se feront depuis l'aéroport Roissy-Charles de Gaulle à 10h10, pour une arrivée à Phoenix à 12h10 (heure locale). Le retour depuis Phoenix se fera à 14h10 pour une arrivée à Paris le lendemain à 9h15. Le vol aller-retour en classe économique est actuellement proposé entre 596 euros et 747 euros, selon la date du voyage. Cette liaison directe temporaire vers Phoenix n'est pas la seule proposée par Air France. La compagnie française a également repris ses vols vers Minneapolis (Minnesota) et l’extension de la desserte de Raleigh-Durham (Caroline du Nord). 

Herve CIRET

Vol direct Paris -Phoenix sur Air France

dimanche 12 mai 2024

Etonnants Voyageurs 2024 : l'Amérique toujours présente

 


Dix écrivains américains participent au festival international du livre et du film "Étonnants Voyageurs", qui se tient du 18 au 20 mai 2024 à Saint-Malo (Ille-et-Vilaine). L'occasion de retrouver des habitués de l'évènement littéraire malouin, mais aussi de découvrir de nouveaux auteurs d'Outre-Atlantique.

 

Jim FERGUS "Le Monde Véritable" (Le Cherche Midi, 2024) 

On ne présente plus cet écrivain des grands espaces qui vit dans le Colorado. Ce passionné de culture amérindienne s'est fait connaître en France, en 2000, grâce à son roman "Mille Femmes Blanches", basé sur des faits authentiques. Avec "Le Monde Véritable", Jim FERGUS revient à cette histoire en relatant le destin, en 1877, d'une jeune institutrice condamnée et emprisonnée pour le meurtre de son mari, suite à des violences conjugales. La jeune femme sort de prison en acceptant de rejoindre un convoi de femmes blanches destinées à épouser des guerriers indiens. 

David VANN La contrée obscure (Éditions Gallmeister, 2023)

Lui aussi est un habitué de longue date du festival Etonnants Voyageurs. Les lecteurs français ont découvert cet auteur originaire d'Alaska, en 2020, à travers son roman, "Sukkwan Island".  Cette année, il nous présente "La Contrée Obscure", qui relate l'épopée du conquistador espagnol Hernando de Soto, au 16e siècle en Floride. Devenu gouverneur de ce nouvel Etat hispanique, ce dernier va devoir affronter la résistance des indiens Cherokee. Une nation qui est celle des ancêtres de David VANN.

Brandon HOBSON "Dans l'Echo Lointain de nos Voix, Albin Michel, 2024)

Egalement d'origine Cherokee, ce journaliste et enseignant s’est appuyé, pour son premier roman, "Where the Dead Sit Talking", sur son expérience de travailleur social auprès des jeunes défavorisés. Brandon HOBSON aborde à nouveau ce sujet avec "Dans l’écho lointain de nos voix", son premier roman à être traduit en français. Sur fond de traditions amérindiennes, l'auteur explore les drames de la vie quotidienne, tout en essayant de conjurer le mauvais sort.

Diane WILSON "Les Semeuses" (Rue de l'Echiquier, 2024)

D'origine Sioux, née dans le Minnesota. cette militante écologiste se bat pour la souveraineté alimentaire des peuples autochtones d’Amérique et contre les pollutions de tous ordres. Le premier roman de Diane WILSON, "Les Semeuses", relate le parcours de quatre générations de femmes de sa tribu. 

Kristiana KAHAKAUWILA  "39 Bonnes Raisons de transformer des obsèques hawaiiennes en beuverie" (Au Vent des îles, 2022)

Bien qu'originaire d'Hawaï, cette autrice a grandi en Californie et a été journaliste pour des magazines avant d’enseigner l’anglais. Le recueil de ces six nouvelles de Kristiana KAHAKAUWILA évoque les tensions raciales et sociales qui secouent son archipel polynésien. De la jeune femme impatiente de venger son père, à la jeune touriste américaine dont le séjour tourne au cauchemar, les non-dits et les tabous tombent les uns après les autres.

Jocelyn Nicole JOHNSON "Mon nom dans le noir" (Albin Michel, 2024)

Pour son premier roman, cette autrice afro-américaine, née en Virginie, s'est inspirée des émeutes qui ont secoué sa ville de Charlottesville en 2017 et de l'assaut du Capitole en 2021. Véritable récit de résistance, Jocelyn Nicole JOHNSON y évoque les violences sociales, le racisme et les tensions politiques actuelles aux Etats-Unis.

Bathsheba DEMUTH "Terre-mer" (Payot, 2023)

A 18 ans, cette enseignante en histoire environnementale et sociale est partie vivre dans le Yukon (Canada), où elle a appris à chasser le caribou et à pister l’ours, avant de vivre entre l’Alaska et la Russie, dans un territoire appelé la Béringie. "Terre-mer" est le résultat de toutes ces expériences. Il met en perspective les crises climatique et énergétique et les ravages provoqués par une croissance à tout prix, dans ces étendues arctiques.

Blake CROUCH "Upgrade" (Gallmeister, 2023)

Cet auteur, né en Caroline du Nord, s'est fait connaître en France par sa trilogie "Wayward Pines", adaptée en série à la télé. Blake CROUCH revient avec "Upgrade", un thriller technologique d'anticipation mettant en scène un homme numériquement augmenté.

Laurent DE WILDE "L’oeil de Nica : Photographies de Pannonica de Koenigswarter" (Buchet Chastel 2023)

Pianiste de jazz et écrivain américano-français né à Washington et vivant en France depuis 1964, il est considéré comme un pionnier de la révolution électronique de ce genre musical. Après s'être intéressé au jazzman Thelonious Monk et à l'inventeur du synthétiseur Robert Moog, Laurent DE WILDE nous entraîne dans le sillage des plus grands jazzmen américains des années 1950-1960, à partir des photos de la baronne britannique Pannonica, née Rothschild, amatrice de jazz bebop dont elle fut un important mécène.

Miles HYMAN "La vie secrète des écrivains" (Calmann-Lévy, 2023) et "America" (Locus Solus, 2024)

Originaire du Vermont mais vivant en France,  ce dessinateur de bande dessinée est également un habitué, depuis 1990, du festival Étonnants Voyageurs qui lui a confié la réalisation de son affiche. Durant le festival, Miles HYMAN présente une exposition inspirée par l’univers du roman, à partir de dessins colorisés à l’ordinateur et de peintures à l'huile. Guillaume Musso lui a confié l’adaptation de son roman, "La vie secrète des écrivains". Quant à ses toiles récentes, vous les retrouverez dans l’art book "America".

Herve CIRET

Festival "Etonnants Voyageurs" du 18 au 20 mai 2024 à Saint-Malo (Ille-et-Vilaine)