Les Cartographes : plaidoyer pour le droit à la différence



Historienne passionnée de voyages, S.E. Grove a longtemps sillonné l’Amérique latine et les États-Unis, avant de se poser à Boston (Massachusetts). Sa première trilogie "Les cartographes" (Nathan Jeunesse) raconte les péripéties de la descendante de cartographes célèbres, dans un monde où le temps et les continents se téléscopent : les Etats-Unis sont au 19e siècle, le Groenland à la Préhistoire et l’Afrique du Nord est revenue au temps des Pharaons. Une carte de verre et un mystérieux message vont permettre à l'héroïne de tout remettre en ordre.

Comment vous est-venue l'idée de votre trilogie ?
  
A l'époque, je suivais des cours de docteur en histoire et je me disais, ce serait bien si l'on pouvait voyager dans le passé et voir par soi-même ce qui arrive. Mais, ce genre de voyage m'effrayait quelque peu, car il y a toujours quelque chose qui peut mal se passer, comme se retrouver au mauvais endroit. Aussi, j'aimais l'idée d'un monde qui serait accessible à n'importe quelque période. C'était ma façon imaginaire de voyager dans le passé et dans différents lieux.

Pourquoi avoir imaginé des continents d'une même planète vivants à différentes époques ?

L'une des choses qui m'intéresse le plus dans la science-fiction et l'imaginaire, c'est de faire coexister différentes périodes de l'Histoire, parce que cela implique inévitablement des chocs culturels entre des populations vivant de manière différente et dans des endroits différents. Et cela est beaucoup plus passionnant de voyager dans ce genre de réalité. L'événement à l'origine de mon histoire se déroule un siècle avant notre ère, dans un passé alternatif.

C'est parce que vous avez beaucoup voyagé dans votre enfance, que vous avez imaginé ce scénario ?

Je pense effectivement que cela vient de mes différentes expériences de voyageuse, en tant qu'enfant et adulte, à l'étranger, mais aussi dans mon propre pays, qui sont l'occasion de découvrir nos différences, tout en nous faisant repousser vos propres limites.

C'est pourquoi vous souhaitiez montrer les différences de comportements de vos personnages ?

Tout à fait, car c'est quelque chose contre lequel il a toujours fallu se battre autrefois, mais, encore aujourd'hui aux Etats-Unis. Car, les Américains adoptent toujours une attitude particulière vis de gens venant d'autres pays. J'ai commencé à écrire le premier volet de ma trilogie en 2008, donc bien avant la situation politique actuelle. Mais, les raisons qui nous ont amenés à cette situation étaient déjà bien présentes. Comme l'incompréhension, l'intolérance face aux valeurs d'autres cultures. Aussi, j'invite le lecteur à réfléchir à quoi mènent ces comportements, comme fermer ses frontières, afin d'empêcher les autres d'entrer chez nous.

Vous estimez qu'il est nécessaire de connaître l'autre pour mieux le comprendre ?

Vous n'avez pas nécessairement besoin de voyager d'un endroit à un autre, pour commencer à comprendre les autres. Les livres qui racontent l'Histoire de ces gens peuvent vous y aider. Mais, bien évidemment, en étant sur place, vous pouvez mieux comprendre par vous-même qui sont les gens que vous rencontrez.

Le passé peut-il nous éclairer sur notre futur ?

Oui, tout à fait, c'est une évidence ! Les gens ne réalisent que la manière dont on a abordé le passé a toujours un impact sur notre vie présente. Y compris les conceptions sur votre propre identité, comment vous vous appelez, d'où vous venez, la façon dont ont été créées les frontières des différents pays. Toutes ces choses qui font que le passé influence notre vie d'aujourd'hui.

 
Comme la guerre de Sécession qui est encore un sujet très sensible aux USA ?

Toutes les natures de conflits impactent notre manière de penser. L'un des exemples récents est la controverse apparue aux Etats-Unis, au sujet des sculptures publiques honorant la mémoire des héros de la guerre de Sécession. Ce qui prouve qu'il est difficile d'ignorer le passé, même si les gens ont l'impression que ce passé est révolu, alors que nous avons encore en nous des valeurs qui s'identifient toujours au passé.

Qu'avez-vous voulu démontrer avec le télescopage des continents à différentes époques ?

J'ai essayé de faire réfléchir le lecteur à ce qui pouvait être différent d'un continent à un autre, d'une époque à une autre, et qu'est-ce que cette confrontation pouvait lui apporter aujourd'hui dans sa propre vie.


Propos et photo recueillis par Herve CIRET, lors du festival "Etonnants Voyageurs" 2018

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire