Les BD western du festival d'Angoulême : Scalp


Seuls deux albums western faisaient partie de la sélection officielle de l'édition 2018 du Festival de la bande dessinée d'Angoulême et n'ont pas décroché de récompense. Cependant, le genre était fortement représenté à cet événement, grâce à des auteurs et dessinateurs renommés. Un Indien au Phare Ouest en a rencontré certains. Après Yves Swolfs (Lonesome), c'est Hugues Micol, qui évoque sa BD "Scalp" sur la chevauchée sanglante de John Glanton, un ex-Texas Ranger ayant sévi, dans les années 1840, lors de la guerre américano-mexicaine.

Pourquoi situer l'action en pleine guerre américano-mexicaine ?

Prévoyant d'adapter en BD le roman "Méridien de Sang" de Cormac McCarthy, je m'étais documenté sur cette époque. Le projet ne s'est pas réalisé, mais comme mes recherches concernaient des faits réels, je me suis basé sur l'un des personnages de ce roman, John Glanton, pour en faire un biopic en bande dessinée.

En évoquant ce Texas Ranger sanguinaire, vous avez délibérément choisi un sujet violent…

C'est ce qui m'avait plu dans le livre de McCarthy et aussi parce qu'on se situe dans la préhistoire du western. On n'est pas encore à l'âge d'or post-guerre de Sécession. Il y a encore la Frontière, le rapport avec le Mexique. Tout est là : la guerre américano-mexicaine et le début de l'impérialisme américain et cette violence. Bref, toute les bases des travers de la société américaine, qu'on pouvait exploiter, dans une ambiance très noire, avec un côté préhistorique style "Guerre du feu".

On est très loin de l'image du cow-boy hollywoodien...

Oui, mais, cela reste des cowboys, équipés de holsters, alors qu'à l'époque ce n'était sans doute pas encore le cas. Tout comme ils utilisent des six-coups avec des cartouches, sont coiffés de chapeaux hauts de forme, et non de Stetson, et ne sont pas chaussés de bottes mexicaines. A cette époque, l'icône du cowboy est en train de se former, avec encore un petit côté 19e siècle. C'est pourquoi, j'aimais bien cet « entre-deux » historique, sorte de genèse du western, avec sa violence, comme dans la Bible, et au coeur d'environnements hostiles, comme le désert, avec un climat dur à supporter pour les protagonistes de l'histoire.

Dans votre histoire, les Indiens ont le mauvais rôle….

J'ai tenu à en faire des personnages, car, depuis quelques années, on est trop dans le trip du bon sauvage, doux et gentil. Je voulais retrouver une vision plus noire de l'Indien. Parce qu'être un Indien, dans le désert de Sonora, c'est vraiment très dur. Cela n'a rien à voir avec l'Indien des plaines, qui a son ruisseau à portée de tepee. Sur les photos d'époque que j'ai pu retrouver, les Indiens ne portent pas de belles coiffes en plumes, mais vivent dans des huttes, tels des culs-terreux de la Death Valley. Cela me plaisait de montrer ce côté sombre.

La cruauté du sujet est renforcée par le trait en noir et blanc et l'enchevêtrement des corps...

Comme l'histoire racontée est édifiante, il fallait jouer le truc jusqu'au bout. Et justement lui donner une dimension très visuelle et formelle, afin que le lecteur se sente oppressé par cette fuite en avant de types qui entament un voyage vers la mort, la cruauté et l'appât du gain. Car ce John Glanton, le moins que l'on puisse dire, c'est qu'il n'a pas beaucoup de qualités. Et puis, la chevauchée de sa bande de fous, c'est comme une danse. Au point, que j'ai failli titrer mon album "Fandango", en référence à cette danse mexicaine où l'on part dans une espèce de farandole macabre, agrémentée d'éléments religieux. J'ai retranscrit cette époque, comme moi je la voyais. Et comme je ne suis, ni historien, ni américain, je me sens d'autant plus libre d'interpréter cette histoire comme je le veux.

Vous êtes fan de western depuis longtemps ?

Oui, dès mon enfance, j'ai été élevé au western. A la télé, je regardais "Les Mystères de l'Ouest","La dernière séance" d'Eddy Mitchell et j'adorais les acteurs Burt Lancaster, Kirk Douglas, Glenn Ford. Aujourd'hui, j'en regarde toujours, car, à ma grande surprise, c'est un genre qui se réinvente constamment. Il y a eu la série TV "Deadwood" et le film "L'assassinat de Jesse James par le lâche Robert Ford" qui était vraiment une merveille, ou encore "Brimestone", plus récemment. Ce qui prouve qu'il y a toujours des choses à faire dans le western, notamment, en bande dessinée. Car, c'est drôle, maintenant, la BD de cow-boys et d'Indiens, c'est devenu un genre français et pas du tout américain !

Propos et photo recueillis par Herve CIRET, lors de l'édition 2018 du Festival de la bande dessinée d'Angoulême 


"Scalp - La funèbre chevauchée de John Glanton et de ses compagnons de carnage" d'Hugues Micol chez Futuropolis (sélection officielle du festival d'Angoulême)

A lire également : interviews de Dimitri Armand (Texas Jack, à paraître après Sykes), d'Hermann (Duke t.2) et de Christophe Blain (Gus t.4) 
 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire