Caroline Savoie, folk-rockeuse acadienne


Son patronyme, homonyme du nom d'un département français des Alpes, l'incite à gravir les sommets du Hit Parade. A 22 ans, cette acadienne originaire de Moncton au Nouveau-Brunswick (Canada) s'est déjà produite dans plus de 300 concerts, au Canada, aux Etats-Unis et en France, où elle a participé, en 2014,  à l'émission découvreuse de talents "The Voice". Elle vient de sortir son premier album, enregistré à Stamford dans le Connecticut (USA). Il est produit par Jay Newland qui a, notamment, travaillé avec Eric Clapton, Paul Simon et Norah Jones. Nous avons rencontré Caroline Savoie, à l'occasion de la 6e édition de la "Nuit Boréale", organisée à Paris, le 21 juin 2017, dans le cadre de la fête de la musique, en partenariat avec la revue musicale "Longueur d'Ondes".

Quelles sont vos influences musicales ?

Je joue du folk-rock, en tant qu'auteur-compositeur-interprète, et dans mon enfance, j'ai été très influencée par Bob Dylan, parce que j'apprécie son écriture simple et sincère qui m'inspire beaucoup et comme je joue une musique folk-rock, comme lui à ses débuts, cela me correspond bien. Sur mon album, je fais justement une reprise d'une chanson de Bob Dylan, "Buckets of rain".



Quels sont vos thèmes d'inspiration ? 

Je m'inspire beaucoup de mon quotidien, des gens qui m'entourent, parce que pour moi la musique me permet d'exprimer mes sentiments et mes émotions.

Vous suivez les traces de votre aînée, Lise LeBlanc, également acadienne ?

Un peu, même si nous ne faisons pas le même genre de musique. Mais, je peux dire que notre approche, en matière d'écriture, à toutes les deux, est effectivement simple et sincère.

Vous vous êtes souvent produite sur scène en France ?

Je suis venue très souvent en France, depuis que je suis toute petite, parce que je dois fêter aujourd'hui le 20e anniversaire de ma première visite dans ce pays. Je me sens donc très proche du public français et quand on me dit : "Je me suis complétement retrouvé dans ta chanson", c'est le plus beau compliment qu'on puisse me faire.

Après ce premier album, est-ce que vos influences musicales ont changé ? 

Sûrement, parce que chaque album est une empreinte de ce que vous vivez dans l'instant où vous l'avez réalisé. Donc, mon prochain album sera différent, car je commence à explorer d'autres thèmes, d'autres sonorités.

Est-il difficile pour une chanteuse acadienne de se faire connaître au Canada, aux USA et en France ?

Comme je viens du Nouveau-Brunswick, il y a déjà l'étape du Québec à franchir, puis ensuite la France. Mais, par mes spectacles, je continue de tisser des liens et de me faire connaître, mais il faut aussi avoir un peu la chance avec soi pour que tout cela fonctionne.

Propos et photos recueillis par Hervé CIRET




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire