Cindy Lauper : sa country ne vaut pas le détour


N'est pas Dolly Parton qui veut. Même, Cindy Lauper, la "Fille qui veut juste s'amuser", en faisant ici un "Detour" par la musique country. Un détour qui porte bien son nom, car très éloigné de la transcendance et de la folie, à laquelle la chanteuse new-yorkaise, aujourd'hui sexagénaire, nous avait habitués.

Pourtant, ce 14e album a été enregistré à Nashville, temple de la country. Mais, avec une vingtaine de films à son actif depuis 30 ans, sa participation à des séries policières et à des émissions de TV réalité, Cindy Lauper, a sans doute perdu l'inspiration qui l'avait habitée, lors de ses premiers albums, dans les années 1980. Ou encore en 2010, avec son disque de blues. Et, ce n'est pas en s'entourant de musiciens et de chanteurs (Emmylou Harris, Alison Krauss et Willy Nelson) mondialement connus, que notre reine de la pop parvient à sauver ce disque. Patsy Cline, Wanda Jackson, George Jones, Loretta Lynn, Marty Robbins, dont Cindy Lauper reprend ici quelques hits, doivent se retourner dans leurs tombes. Seuls quelques titres plus rockabilly - c'était le répertoire d'un de ses premiers groupes - redonnent du tonus à l'ensemble. 

En juillet 2016, lors de sa seule date française, au Grand Rex à Paris, le public a eu l'occasion de découvrir les titres de "Detour", des reprises de standards de la country des années 1940 à 1960.




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire