Les passeurs de mémoire du D-Day


Chaque samedi, tout au long de l'année, l'association UNIVEM-Paris-Ile-de-France vous fait découvrir des matériels militaires américains de la Seconde guerre mondiale, à Satory, près de Versailles (Yvelines).  

"En plus des Jeep, nous possédons deux chars Sherman, en cours de restauration et de gros camions de transport de troupes, et de dépannage", précise Gilles Félix, l'un des membres de ce club de passionnés, dont la Jeep a nécessité deux ans et demi de restauration. "La plupart des véhicules que nous possédons sont des véhicules trouvés en France, car il subsiste de nombreux stocks, particuliers ou autres, qui en disposent encore, du fait de la bonne qualité de leur acier. Mais, bien sûr, c'est leur état de conservation qui décide de leur restauration." Si Gilles Félix fait partie d'une génération qui n'a pas connu le matériel militaire des années 1940, il reste fasciné par les Etats-Unis de cette époque-là.  

 
C'est une passion qui m'est venue quand j'étais petit, pourquoi et comment, je ne saurais vous le dire. C'est une attirance que j'ai eue, notamment, pour la période du Débarquement." Chaque 6 juin, lors de la commémoration du D-Day, en Normandie, Gilles Félix et ses collègues de l'association participent aux commémorations du Débarquement. L'occasion pour eux de rencontrer les derniers vétérans américains. "Des anciens combattants de la Seconde guerre mondiale montent à bord de nos véhicules et nous les recevons avec grand plaisir", raconte Gilles Félix avec émotion. "C'est magique, à la fois pour eux et pour nous, parce que c'est une vraie confrontation, entre nous, passionnés, et ceux qui l'ont vécue. Quand on leur demande ce qu'ils pensent de nous voir en tenue de soldats américains, à bord de véhicules militaires US, ces vétérans nous répondent que, pour eux, c'est un grand honneur que des Français les représentent encore aujourd'hui et, surtout, fassent revivre leurs compagnons morts sur les plages du Débarquement. C'est ce qui m'incite à perpétuer la mémoire de ces gens-là."



Pour Philippe, également membre de l'UNIVEM-Paris-Ile-de-France, c'est le devoir de mémoire qui le motive à s'intéresser aux véhicules militaires de cette époque. "Quand j'étais gamin, j'ai toujours été bercé par le souvenir du Général De Gaulle, de la Libération, des Américains. Et quand j'ai effectué mon service militaire, j'ai connu ce type de véhicule, Jeep et camions GMC. Mais, je ne les ai plus vus par la suite."  

Tous les ans, avec l'association, Philippe participe aux commémorations du Débarquement en Normandie, sur la plage d'Omaha Beach, pour y présenter du matériel militaire de cette époque, en présence de vétérans Américains, Canadiens et Britanniques. "De jeunes parachutistes américains ayant fait l'Afghanistan ou l'Irak sont également présents, lors de ces commémorations. Une fois la cérémonie terminée, nous en avons pris quelques uns à bord de nos véhicules. Ils n'avaient jamais eu l'occasion de conduire une Jeep. Quand on leur a donné les clés du véhicule, on a vu leur joie dans leur regard, ils étaient comme dans un rêve."

Propos et photos recueillis par Herve CIRET, lors de la 10e traversée estivale de Paris 2017, organisée par "Vincennes en Anciennes"

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire