Etonnants Voyageurs : Tom Cooper, almost born on the bayou



Les marécages des Everglades de la Floride de son enfance ont fortement marqué Tom Cooper.  Au point qu'installé par la suite en Louisiane, il a choisi les bayous de cette région pour cadre de son premier roman, "Les Maraudeurs" (Albin Michel). "Ce livre est né de ma fascination pour ces paysages et l'imaginaire qu'ils suscitent, comme les chasses au trésor", explique l'auteur. "Or, lorsque je suis arrivé dans le bayou, j'ai trouvé que c'était un endroit similaire à celui de mon enfance. Un environnement, à la fois primitif et complexe, qui permet aux héros de mon roman d'interagir. Car, c'est ce lieu qui créé la dynamique de mes personnages." L'idée du héros du roman, Gus Lindquist, pêcheur manchot, est partie d'une photo. "C'est à partir de ce document que j'ai développé sa personnalité. Mais, celle-ci ne s'est pas imposée tout de suite, comme pour les autres personnages." "Les Maraudeurs", ce sont des jumeaux planteurs de marijuana, des loosers prêts à tout pour devenir riches, un adolescent en rébellion. Ou encore, un employé de compagnie pétrolière dissuadant des sinistrés de Katrina d'intenter une action en justice.


Le bayou, un milieu trouble propice à des relations compliquées entre ceux qui s'y côtoient. "J'ai trouvé que les épreuves que j'inflige à mes personnages les obligent à prendre des décisions et je me suis demandé ce que moi-même je ferais dans la même situation", précise Tom Cooper. "C'est plus intéressant de faire en sorte que leur personnalité soit mise à l'épreuve, même s'ils ne sont pas torturés, ni en colère mais ont le sens de l'humour et surtout cette dualité, qui existe en chacun de nous." Peux-t-on dire que le bayou est un bon décor de western ? "Tout à fait ! Le bayou, c'est une sorte de frontière, sans foi ni loi, et ses marécages inspirent effectivement cela, car il n'y a aucun moyen d'y faire régner l'ordre", reconnaît Tom Cooper. "C'est un endroit rude et loin de la civilisation, où les hors-la-loi, les braconniers peuvent se réfugier." Lorsque qu'on évoque le bayou Louisianais, sur le plan musical, on pense à la célèbre chanson "Born on The Bayou" du groupe Creedence Clearwater Revival ou au "Bayou Woman" de Tony Joe White, le chantre de la Swamp Music. "Personnellement, ce n'est pas la musique que j'associe à cet endroit, même si je l'entends à la radio", avoue Tom Cooper.  "J'écoute plutôt du vieux rock, du jazz et du reggae. Mais, je comprends que les gens associent ces musiciens aux bayous de Louisiane."


Propos et photo recueillis par Herve CIRET, lors du festival Etonnants Voyageurs de Saint-Malo 2016 (Traduction Francis Geffard, directeur des collections "Terres d'Amérique" et "Terre Indienne" chez Albin Michel)

Evocation du bayou louisianais illustrée par le titre "Born on The Bayou" de Creedence Clearwater Revival
 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire