L'Indien fantasmé par les Européens


Comment les Indiens ont-ils été imaginés et représentés, du 16e siècle à nos jours ? C'est la question à laquelle l'exposition "Le Scalp et le Calumet" tente de répondre, à travers 300 dessins, peintures, sculptures, objets d'arts décoratifs, supports publicitaires et jouets. Ceux-ci reconstituent l'histoire des Amérindiens, mais nous montrent également la vision fantasmée des Occidentaux sur ces peuples. 

En effet, pour les Européens, la découverte de l’Amérique est à l'origine d'un malentendu. Le fait que l'explorateur Christophe Colomb confond ce nouveau continent avec l'Inde. D'où le nom attribué, à tort, à ses premiers occupants,et des représentations de l'Amérindien, qui va du "bon primitif" au héros romantique, en passant par le sauvage sanguinaire. L’Indien n'étant souvent qu’un mirage des convictions des Européens.

En quatre séquences, correspondant à chaque époque (16e, 18e, 19e, 20e siècles), l'exposition retrace les premières représentations des tribus indiennes, puis sa transformation en objet publicitaire. C'est grâce aux passionnés, Isabelle et Hervé Poulain, propriétaires d'une grande partie des oeuvres présentées, auxquels  s'ajoutent des prêts de musée nationaux et de collections privées, que cette exposition parvient à proposer près de 85% d'oeuvres inédites.

Exposition "Le Scalp et le Calumet", aux musées du Nouveau Monde et des Beaux-Arts de la Rochelle, jusqu'au 23 octobre 2017.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire