Il y a 105 ans, le premier bombardement aérien révolutionnaire


Le 10 mai 1913, dans le ciel mexicain, un pilote français effectue le premier bombardement aérien d'un navire militaire. Recruté en tant que mercenaire  pour servir le révolutionnaire mexicain Venustiano Carranza, admirateur de Benito Juarez, Didier Masson est aux commandes d'un avion biplace Glenn Martin, acheminé en fraude depuis l'Arizona. Dans la baie de Guaymas, dans le golfe de Californie, en compagnie de son coéquipier,  le capitaine Gustavo Salinas, il attaque une canonnière de l'armée fédérale mexicaine. Bien que disposant de 75 kg de bombes, lancées d'une hauteur de 1 000 mètres, les deux aviateurs ratent leur cible. Ce qui ne les empêche pas d'être reconnus comme les auteurs du premier bombardement aérien de l'histoire. Le même jour, Didier Masson exécute un second "bombardement" plus pacifique celui-ci, en effectuant le premier largage aérien de tracts.

 
Né le 23 février 1886, à Asnières (Seine), Didier Masson est arrivé aux Etats-Unis en 1910, comme mécanicien d'une équipe française d'acrobatie aérienne. Recruté par un organisateur de spectacles aériens américain, notre français effectue des démonstrations en vol, en tant que pilote lors d'exhibitions à travers tout le pays. La même année, à New-York, il prend les commandes du premier avion conçu et construit par une femme, Lillian Todd. Cherchant à se faire connaître en battant des records, Didier Masson est victime d'un accident en 1911, près de San Bernardino (Californie), en voulant être le premier à acheminer des journaux par avion. Ce qui ne l'empêche pas d'être le premier pilote à rallier l'île d'Hawaï, dans le Pacifique. Véritable "saltimbanque des airs", en 1912, Didier Masson vole au sein du "Flying Circus", une célèbre troupe d'acrobatie aérienne qui se produit encore de nos jours.


En 1914, quand la guerre éclate en Europe, Didier Masson rentre en France.  Deux ans plus tard, après avoir été breveté pilote militaire, il intègre la célèbre Escadrille Lafayette, composée de pilotes américains, alors que les Etats-Unis ne participent pas encore au conflit. Il y est décoré de la Croix de guerre. En 1919, au lendemain de la guerre, Didier Masson revient en Amérique. Non pas pour piloter un avion, mais pour diriger un hôtel, avec son épouse, à Santa Barbara (Californie).   

En 1923, l'établissement ayant été détruit suite à un incendie ou un tremblement de terre, le couple émigre au Mexique. Didier Masson travaille alors comme directeur d'aéroport pour la Pan American et assure le rôle d'officier consulaire pour la France, jusqu'en 1940. Il meurt le 2 juin 1950, à Mérida, dans la province du Yucatán (Mexique).

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire